2012
scénario de court métrage
durée : 26 min.

Après une longue absence, Annaïse, jeune et brillante diplômée sans emploi, retourne dans sa famille dans les montagnes de son enfance pour se poser, avec l’espoir secret de  trouver un sens à sa vie.

Au cours d’une de ses sorties en forêt, elle fait la rencontre de Georges, un paysan taiseux qui n’a jamais quitté ses montagnes. A plus de cinquante ans, Georges vit malgré lui une expérience initiatique...

note d'intention

Adaptation librement inspirée de Ellie Pearl et Ruppe Gittle, nouvelles extraites de Ainsi rêvent les femmes ​de Kressmann Taylor - Editions Autrement – 2006.

« Annaïse »  est un essai, une parabole, celle de la quête de la grâce. C’est l’histoire de deux personnages, Annaïse et Georges que tout à priori oppose, qui sont pourtant l’un et l’autre sur le même chemin.

A travers leur histoire, le film interroge le rapport que nous avons aujourd’hui à la nature, au regard que nous accordons au vivant, sur nos sensations perdues, sur ce qui nous reste encore de pur instinct et d’innocence inventive. Que reste-t-il de notre intelligence animale, de nos sens ? Est-il encore possible de percevoir le monde autrement que dans ses manifestations matérielles ?

Annaïse est une jeune femme brillante en situation d’échec. Elle a cette sensation profonde que beaucoup de gens ont, de n’être rien. Elle incarne notre modernité et ses contradictions, notre recherche d’authenticité et notre incapacité à nous poser, à mettre le monde en perspective. Loin des hommes et de leur fuite en avant, elle fait dans la forêt l'apprentissage de la nature. La forêt devient le lieu de son espace intérieur, de son espace intime, le lieu de sa force et de ses faiblesses révélées.

Georges est un paysan, un taiseux, un innocent, isolé du monde. Un « originel » dirait Joseph Delteil. Sa rencontre avec Annaïse éveille en lui des questions auxquelles il ne sait pas répondre, dont il ne connaît même pas les mots. Il vit un état de grâce qui transforme son regard et son rapport au monde, mais il lui est impossible de partager sa découverte.

Leur rencontre est un geste vital. Un amour à l’objet non défini. Ils sont l’un et l’autre dans le choc de l’expérience concrète, hors des conformismes. Ils cherchent intuitivement à recevoir toute chose pour ce qu’elle est en elle même, dans une pureté sensuelle où tout espace, toute pensée, tout corps, tout être est aussi un peu nous-même. 

premier scénario
  • écriture : Gilles Trinques

sélections & diffusions

festivals :
  • 2012 : scénario sélectionné au Festival du Cinéma Européen de Lille